Nuit romantique 1

Liszt
Funérailles – S 173

Paganini
Variations sur une seule corde, sur un thème de Rossini

Liszt
Mephisto Valse n°1 – S 174

Brahms
Sonate pour violon et piano – op. 108

Schubert
Fantaisie en fa mineur – D 940

Chopin
Ballade n°1 en sol mineur – op. 23
4 Mazurkas

Schumann
Reflets d’orient – op. 66

Franck
Sonate en la majeur – FWV 8

Brahms
Trio n°1 en si majeur – op. 8

Schumann
Belsatzar – op. 57
Die beiden Grenadiere (Les Deux Grenadiers) – op. 49 n°1
Provenzalisches Lied – op. 139 n°4
Der Hidalgo – op. 30 n°3

Ysaÿe
Sonate n°3 en ré mineur “Georges Enesco” – op. 27 “Ballades”

Brahms
Sonate pour violon et piano – op. 78

Schubert, Brahms, Strauss
Lieder

Brahms
Ziguenerlieder (Chants Tziganes) n°1,3, 4, 5 – op. 10

Schubert
Gretchen am Spinnrade (Marguerite au rouet) – D 118

Strauss
Allerseelen (Toussaint) – op. 10 n°8
Morgen (Demain) – op. 27 n°4
Cäcilie (Cecilie) – op. 27 n°2
Zueignung (Dedicace) – op. 10 n°1

 


Le romantisme s’incarne si magnifiquement dans la musique qu’on pourrait croire qu’elle en a été la muse originelle. Frémissant dans le dernier Mozart, constitué chez Schubert et magnifié par Chopin, Schumann et Liszt, cet océan dedié à la passion recèle bien des merveilles, qui parlent directement au cœur. Comme le résume Sainte-Beuve, “Le romantique a la nostalgie, comme Hamlet, il cherche ce qu’il n’a pas, et jusque par delà les nuages, il rêve, il vit dans les songes.”